22 avril 2009

Compte rendu de l’atelier OUVERTURE du Vendredi 10 mars

Compte rendu de l’atelier OUVERTURE du Vendredi 10 mars

Thème : « les stages »

Etaient présents : Pascale Borenstein, Julie Tingaud, Catherine Zins, Jean-Jacques Bouhon,

Pierre Emmanuel Urcun, Vincent Tricon.

1/ Historique des stages à la Fémis

Avant 2004, les stages étaient basés sur le volontariat et la disponibilité des élèves, ils n’étaient pas systématisés, pas intégrés au cursus. Dès 2004, une volonté forte émerge, celle de considérer les stages comme un moment pédagogique intégré au cursus. Ils deviennent obligatoire pour tous les élèves à la fin de la troisième année, sauf pour les réalisateurs, avec l’idée de créer un moment commun où chaque étudiant nourrit sa pratique par une connaissance du milieu professionnel. Cette idée d’alternance entre étude et observation/pratique de/dans la vie professionnelle est au cœur de la visée pédagogique des stages. Intégrés au cursus, ils deviennent obligatoires et ne peuvent être optionnels. A été mis en avant le bilan positif des stages pour les étudiants, qui s’accordent à leur désir professionnel, qui leur permettent de rencontrer des professionnels intéressants.

2/ Organisation

L’école encourage les stages d’observation actif, où l’élève peut observer et pratiquer. La structure d’accueil propose une mission au stagiaire, qui doit correspondre aux impératifs du cahier des stages pour être accepté par les directeurs de départements et par la direction des études.

Le souci de l’école est de ne pas fournir des stagiaires étudiants qui travailleraient gratuitement sur le marché, pour ne pas défavoriser les professionnels, pour ne pas encourager une pratique économique déloyale (les stages se font au détriment de l’embauche contractuelle). Dans les faits, il arrive parfois que l’élève se retrouve actif et participe à un travail qui pourrait être celui d’un assistant.

Concernant la mission et les objectifs, le stage s’organise souvent au cas par cas entre l’étudiant et son directeur de département.

Concernant les stages à l’étranger, ils sont difficiles à mettre en place car les stages sont régis en France par des conventions, pratique qui n’existe pas dans tous les pays.

3/ Proposition des étudiants

S’il paraissait clair que les étudiants ne remettaient pas en cause ni l’utilité ni la position morale de l’école par rapport aux stages, les représentants des élèves ont formulé la demande qui consiste à décaler les stages de la fin de la troisième année dans la dernière année pour libérer du temps pour le cursus. A aussi été demandée une plus grande souplesse dans l’organisation des stages, à savoir leur durée, et qu’un élève ayant fait un stage au cours de ses quatre années d’études ait rempli l’objectif pédagogique du stage obligatoire. Il a aussi été évoqué que les directeurs de départements, si une offre de stage intéressante leur est communiquée, qu’ils la proposent aux étudiants. Ils pourraient se concerter, demander un aménagement des cours exceptionnels pour permettre aux étudiants d’effectuer ce stage.

Si les directeurs de département présents étaient d’accord pour revoir la durée et le moment des stages, un problème d’organisation de la 4ème année se pose, à savoir la disponibilité des étudiants pour les TFE. De plus, cette décision et mise en place relève des fonctions de la direction des études.

Décaler les stages en 4ème année implique une remise en cause de l’objectif d’alternance entre étude et observation/pratique dans le monde professionnel. Les stages deviendraient alors professionnalisants, ce qui pose le problème à l’école de ne pas fournir une main d’œuvre gratuite au détriment des professionnels. Mais pour l’élève, un stage en dernière année favorise la prise de contacts avec le monde professionnel et donc l’insertion de l’étudiant sur le marché.

Nous avons aussi demandé une meilleure communication des offres de stages, qui passerait par le réseau intranet, un affichage public, etc.

4/ Bilan

 Si les demandes de décaler les stages, les rendre plus flexibles et professionnalisants ont été entendues par la directrice des relations extérieures, mettre en place ces demandes et les discuter de manière plus approfondie relève des compétences de la direction des études. Il semble aussi qu’il faille réfléchir au moment des stages dans le cursus, les mettre en 4ème année pourrait compromettre l’organisation des TFE.

 

Posté par etats genereux à 15:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Compte rendu de l’atelier OUVERTURE du Vendredi 10 mars

Nouveau commentaire